On y était à la présentation des collections de chaussures femme et homme, automne-hiver 2018, de la maison Hermès. Pour l’occasion, les salons d’un appartement du faubourg Saint-Honoré ont été transformés par Mathias Kiss en sorte de quatrième dimension, où les formes se déforment, les sols deviennent pentes ou montées, les portes se font fenêtres… il ne manquait plus qu’un lapin blanc en retard pour se croire au pays d’Alice. On a aimé les jeux de jambes, aux pieds fort bien chaussés, qui indiquaient le sens de la marche devant de vraies fenêtres aux dimensions faussées.

Mules en vison, soupe de carottes et carte blanche

Cuissardes, bottes, bottines, mocassins, mais aussi baskets ou encore mules… en vison – car il fait froid, l’hiver -, les invités ont déambulé au milieu des souliers. Avec de la soupe de carottes pour se réchauffer et du champagne pour patienter jusqu’au sucré. Le tout sous l’œil amusé de mister Kiss, créateur, inventeur, ambianceur… lui-même a souvent du mal à définir son métier. Car il n’est ni vraiment designer, ni vraiment décorateur, ni archi et si on le croise dans bon nombre de galeries parisiennes, l’étiquette d’artiste n’est pas non plus la plus appropriée. En tout cas, ce soir-là, l’électron libre avait carte blanche pour mettre en scène la marche à suivre.