Le bonheur, si on veut…

En 2007, un ami a créé l’association baptisée Champions du bonheur. Une façon originale de réunir les plus optimistes d’entre nous. Celles et ceux qui n’ont pas totalement baissé les bras et savent encore reconnaître ces petits moments où l’on se sent plus léger que les autres… Reste que les impôts viennent de lui adresser un bien curieux courrier : ils informent cet ami que l’activité de son association « ne peut pas être considérée comme ayant une gestion désintéressée (…) dans la mesure où elle apporte un avantage professionnel de synergie pour l’exploitation du produit bonheur (sic), aux structures lucratives dont [cet ami est] l’un des dirigeants ». Le courrier rappelle également que l’association est soumise à l’impôt sur les sociétés et à la TVA. « A ma petite échelle d’entrepreneur social bénévole, je perçois cette décision comme un manque manifeste de bon sens de la part de l’administration fiscale », commente le fondateur des Champions du bonheur, un brin amer. Epoque formidable ? On ne sait plus. Et puis une nymphette en mini robe blanche, 100% transparente, scotchée à son iPhone se presse sur le quai de la gare du Mans et l’on se dit que si, finalement, cette époque est formidablement absurde et délicieusement vulgaire 😉

Info pour les curieux : www.championsdubonheur.com