Quand d’aucuns nichent le « made in France » dans une marinière ou un béret, l’équipe d’1 Epok le revendique dans le choix de l’imprimeur pour son premier numéro « papier ». C’est la société Clerc, située à Saint-Amand-Montrond, dans le Cher, qui a été choisie. Et quand on nous a proposés d’aller « au cul des machines » au moment du calage, on n’a pas hésité une seconde à franchir le périph’.

Clio grise, A71 et camp scout

Lorsque la Clio grise – lancée à fond sur l’A71 – a approché l’abbaye de Noirlac – où j’ai le souvenir d’un camp scout – et la forêt de Tronçais – où mon père m’emmenait faire du tricycle -, c’est d’abord une partie de mon enfance qui a défilé sur cette autoroute qui mène jusqu’au centre de la France. Là où François Truffaut a tourné L’argent de poche

Place de la Répu’ et rue de la Brasserie

Une fois à Saint-Amand, on s’est un peu paumés entre l’hosto et La Rotonde de la place de la Répu’, avant de trouver la rue de la Brasserie. C’est au n° 94 que l’imprimerie Clerc a ses bureaux et sites de fabrication. On a slalomé entre stocks de papiers, palettes, élévateurs et machines pour arriver jusqu’à d’immenses pupitres sur lesquels on a fait le calage des couleurs, sur les conseils de Guy et David.

Philippe, Maxime, Paul et les autres…

Evidemment, ça fait toujours quelque chose de voir le travail de plusieurs mois sortir sur des plaques et des feuilles XXL. Un travail mené avec quelques fidèles et autres aventuriers. Ils s’appellent Alexandre, Jean-Marc, Philippe, Cécilia, Charles, Jules, Maxime, Romain, Dominique, Paul… Promis : on vous les présente avant la sortie de la revue, attendue le 25 mai en librairie.