Quand on me parle de Simenon, je pense à Maigret, bien sûr, dont les aventures ont longtemps peuplé la bibliothèque d’une ancienne maison de famille. Mais je pense aussi et surtout à la romancière Thérèse de Saint Phalle. Je me rappelle être allée chez elle, dans le XVIe arrondissement, une fin de matinée. Nous étions dans son salon. Puis, elle m’a entraînée jusque dans son bureau : «Venez voir… Tenez. Prenez-les… » Elle voulait que je m’empare d’une poignée de crayons à papier, taillés mais usés. Ce que j’ai fait pendant quelques dizaines de secondes. En les récupérant, elle m’a dit : « Ils ont appartenu à Georges Simenon… »

Croquis, crayonnés et Passager clandestin

Aujourd’hui, quand on me parle de Simenon, j’ajoute à ces souvenirs, les esquisses, croquis, crayonnés et dessins réalisés par Jacques de Loustal, pour illustrer une partie des romans du père de Maigret. J’en ai aperçu quelques-uns dans l’atelier parisien de l’artiste. Mais ils sont quasiment au complet dans l’expo Simenon / Loustal, à voir jusqu’au 29 juin à la Bibliothèque des littératures policières (dite « Bilipo »), à Paris (Ve). Cette expo a lieu à l’occasion des 30 ans de la mort de Simenon et de la réédition d’une partie de son œuvre aux éditions Omnibus. Des ouvrages parmi lesquels on trouve une dizaine de Maigret aux couvertures signées Loustal et une nouveauté : le roman de Simenon, Le passager clandestin, illustré par Loustal. Cette association Simenon / Loustal est l’occasion de mettre de la couleur sur des romans noirs. C’est aussi, pour l’illustrateur, la possibilité d’associer des mots à ses dessins et vice-versa. Un double je(u), en quelque sorte.

Heureux élus, Floc’h et bonne franquette

Le soir du vernissage, il y avait foule dans les locaux de la Bilipo, planqués derrière la caserne des pompiers de la rue du Cardinal Lemoine. Outre les « heureux élus » locaux, John Simenon et Bruno Solo, on a croisé l’ami Philippe Cuny, évoqué le départ de Floc’h de Paris – pour Biarritz – avec Yves Cheminant, trinqué avec Serge Clerc, parlé cuisine avec Christine Ferniot… On a aimé le buffet « bonne franquette », la présence de Pierre Assouline, l’affiche de l’expo et l’annonce de la venue de l’académicien Dominique Fernandez, pour parler de Simenon et sa traque du « dramatique quotidien » : ce sera le samedi 30 mars à 16h à la Bilipo (réservation au : 01 42 34 93 00).