Etudiants, enseignants, architectes, designers, ils sont venus nombreux pour la « conversation » organisée à l’ENSCI-Les Ateliers, en partenariat avec la revue 1 Epok formidable. Au menu : le design qui panse et repense notre société… à l’heure où une chaire « innovation publique », commune à l’ENA et l’ENSCI, vient de voir le jour.

Franc-parler et école qui apprend « à désapprendre »

On a aimé la pertinence des échanges entre les designers Frédéric Lecourt (Sismo) et Xavier Figuerola (Vraiment Vraiment). On espère que, dans les coulisses de nos ministères, d’autres ont le même franc-parler que Michelle Arnaudies, conseillère technique à la Direction générale de la cohésion sociale : car elle a l’art et la manière de balayer les idées reçues et s’affranchir des chemins tout tracés. Enfin, Yann Fabès, le directeur de l’ENSCI, a confirmé que son école apprend toujours « à désapprendre »… De quoi nous rassurer.

Bientôt une autre enquête, dans une autre école…

Merci à la journaliste Mélina Gazsi et aux « inséparables » Christine et Nicola Borella d’être venus soutenir cet événement. Ce débat a fait suite à une enquête menée dans le 1er numéro de la revue 1 Epok formidable, intitulée « Les designers seraient-ils nos nouveaux penseurs ? ». Enquête qui nous a permis de pousser la porte de l’ENSCI, rencontrer étudiants et jeunes diplômés. Dans le numéro 2 de la revue, actuellement en préparation, une autre école – de mode, cette fois – va nous permettre d’alimenter une autre enquête…