Paris Design Week bat son plein. Après le Marais, escale aux abords du jardin du Palais-Royal. Avec le slogan « simple is beautiful » chez Home autour du monde, qui présente la nouvelle collection Nude et sa « collab’ » en « exclu » avec Iris Apfel. Dame « atout » faire, car à la fois architecte d’intérieur, designer et pour d’aucuns « icône de mode », à 97 ans, elle balade encore ses lunettes XXL et ses colliers acidulés entre New York et Paris.

Méthode, protocole et jeu oulipien

Puis, il faut pousser la porte de la galerie de la Manufacture de Sèvres, voisine de la Comédie Française. Jusqu’au 27 octobre, une douzaine de vases réalisés par matali crasset y sont posés et exposés. Des vases revisités, car « capés », colorés, « pensés comme une méthode », souligne la designer. Explication : « En me promenant dans la vaste bibliothèque de formes qu’est la Manufacture de Sèvres, j’ai identifié des vases qui me sont apparus anthropomorphes et que j’ai souhaité associer à d’autres en les imbriquant dans une idée d’hybridation. Les combinaisons sont multiples de sorte que le second vase vient habiller le premier. Cette suite s’articule autour d’un protocole comme une échappée à l’esthétisme, à la manière d’un jeu oulipien. » C’est savant, amusant, bluffant.

Rachida, Pacha et Ibiza

Enfin, la flânerie peut se terminer rue Jean-Jacques Rousseau. Au n°10. Là, le designer Eric Gizard présente une série de pièces qu’il vient de réaliser pour Mon Petit Meuble Français. C’est bien vu, bien mené. En tout cas ça a plu au designer Christian Ghion, le soir du vernissage. Il refaisait le monde sur le bout de trottoir qui longe la galerie, en compagnie de Claude Deloffre, avec laquelle on a parlé Rachida, Pacha et Ibiza…